17 janv. 2012

Bresh, le Dj non voyant au doigté magique.


Il est très connu dans le quartier de Sicogi à Koumassi. Ses collaborateurs que nous rencontrons, nous font savoir que ce Disc-jockey, ne travaille que les weekends. Nous prenons donc rendez-vous pour le dimanche 04 décembre. Ce jour-là, nous arrivons aux alentours de 16h. Après trois heures d’attente, nous apercevons la silhouette de celui que nous attendons. Le maquis est plein. La musique est forte. Certains clients ne tiennent plus sur leurs chaises. Une casquette vissée sur la tête, un tee-shirt tendance, Dj Bresh arrive et se dirige tout droit vers sa cabine. Sans trop de difficultés d’ailleurs. Nous le retrouvons quelques minutes après pour échanger.

Une enfance difficile à l’origine de sa force mentale.

      Déjà tout petit dans son village de Dakouritro à Lakota, le jeune Bresh exprimait son autorité par la violence physique. Pour lui, c’était une façon de se faire respecter de tous ses amis du même âge qui le trouvaient peut-être vulnérable, vu son handicap. Même s’il subissait les railleries et autres provocations de ses amis, il n’attendait pas longtemps pour marquer son territoire de façon musclée. Aujourd’hui, il pense même que cette violence lui a été d’un apport fondamental. « Cela peut vous paraître paradoxal mais c’est par cette violence physique que j’ai pu surmonter mon handicap. Plus j’étais violent, plus je me sentais fort. Et j’ai très tôt appris à me faire respecter. Comme pour vous dire qu’à l’époque, on ne me marchait pas dessus… », indique le Dj. Qui précise qu'ayant perdu la vue en classe de CE1, il s’est progressivement forgé un mental à toute épreuve car il était sûr d’une chose : les sentiers qui le mèneraient à la réussite seraient forcément parsemés d’embûches. Lui, qui est en train de subir une hérédité biologique venant de sa mère atteinte de la myopie. Mais malgré tout, il décide de tracer les chemins de son destin…

A la rencontre d’une passion.

        Son handicap ne l’empêche pas de suivre un cursus scolaire normal : « J’ai fait l’institut des aveugles du CP1 au CM2. Après quoi, j’ai été orienté au Lycée Municipal de Yopougon avant de faire un Brevet de Technicien Supérieur en Communication. Et comme ma passion pour l’animation avait déjà pris forme au contact d’un de mes professeurs du Lycée en l’occurrence Marie-Cathérine Koissy, j’ai continué à me former à l’animation audiovisuelle dans une école de la place d’où je suis reparti avec un diplôme ». Un parcours qui lui ouvre les portes du monde professionnel. Un monde où rien n’était gagné d’avance. Surtout quand on est non-voyant. Et le fils de Dassé le savait.

De la frustration à la reconnaissance.

        Quand Bresh décide d’affronter le marché du travail, il se heurte tout de suite à la stupéfaction de son entourage. Même ses parents n’y croient pas. Encore moins l’un de ses cousins à qui il demandait de lui trouver un maquis où il pourrait faire valoir ses talents d’animateur. Mais lui, était sûr de ses qualités : « Le fait que mes parents n’y croyaient pas me donnait encore plus l’envie de faire ce métier… ». Après une longue période de disette, il finit par s’insérer dans le milieu des animateurs et autres disc-jockeys. « A Yopougon où j’avais été engagé dans un célèbre maquis après le départ d’Erickson Le Zulu, j’ai dû démissionner pour mauvais traitement. Le manager ne me supportait pas », indique-t-il. Même si Bresh est moins bavard sur les raisons de son départ, l’on devine aisément que son handicap a fait douter les responsables de ce maquis. Loin de perdre espoir, le jeune Disc-jockey et non voyant réussit tout de même à se frayer progressivement un chemin pour enfin atterrir dans la commune de Koumassi. Ces moments-là, il s’en souvient encore: « Après avoir animé dans de nombreux maquis à Yopougon, je suis arrivé à Koumassi. Et depuis quatre années, j’y suis et je forme beaucoup de jeunes. Je me souviens qu’à mon arrivée dans ce maquis, tout le quartier se déplaçait pour venir me voir animer… ».

Le non-voyant au doigté magique veut chanter.

        A la question de savoir comment il s’y prend pour manipuler la console où se trouve une cinquantaine de boutons, voici sa réponse : « Au début, c’était difficile, mais au fil du temps, je me suis familiarisé avec la console. Maintenant, je sais où se trouve tel ou tel réglage. Pour les CD, je me fais aider par mes collaborateurs…Vous savez, avant tout, je suis musicien parce que je joue du clavier. J’ai joué avec Stevie Wonder et j’ai participé à l’album de Julie Mabéa. J’ai formé beaucoup de jeunes et j’en suis fier. Aujourd’hui, mon voeu le plus cher, c’est de sortir un album. Moi, je dis toujours que le sixième sens n’existe pas. Car même si mon sens du toucher est aujourd’hui développé, j’ai toujours un sens en moins qui est la vue… », fait savoir le Dj. Comme pour dire, même dans le “noir’’, on peut se construire un avenir…Sacré Bresh !!!

                                                                                                                    Olivier Valère
                                                                                                                Source :allo police


                                      Découvrez plus de talents ivoiriens sur: Lesivoiriensontdutalent


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire